Trèfle à quatre feuilles et fer à cheval : les origines méconnues du mythe

Trèfle à quatre feuilles fer à cheval dessin

Que ce soit avant un match, un entretien, une partie de machine à sous ou dans la vie en général, nous avons tous nos propres superstitions, qui se matérialisent bien souvent par des porte-bonheur. En fonction des cultures, ces porte-bonheur diffèrent et prennent même parfois des formes surprenantes à découvrir ici !

Sortez votre porte-bonheur et jouez sur ce TOP 3 casinos

1600 € Bonus Critique
1200 € Bonus Critique
1000 € Bonus Critique

La longue histoire du trèfle à quatre feuilles, une rareté qui n’a d’égale que sa prétendue vertue

Désormais indissociable de la chance, tout commençait pourtant bien mal pour le trèfle à quatre feuilles, considéré par le dramaturge grec Sophocle comme porteur d’un terrible venin. Les périodes suivant la Grèce Antique furent davantage favorables au petit trèfle. Aux yeux du Romain Pline, il pouvait constituer un remède aux morsures des serpents, tandis que les druides gaulois s’en servaient pour concocter des philtres d’amour, voire pour chasser les mauvais esprits.

main trèfle à quatre feuilles

Par la suite, une légende populaire lui attribuait une qualité pour chacune de ses feuilles : la renommée, la richesse, l’amour et la santé. La tradition chrétienne reprit également ce symbole, associant chaque feuille d’un trèfle dit classique, c’est-à-dire à trois feuilles, à une vertu : la foi, l’espérance, et la charité. Pour les croyants superstitieux, la quatrième était ainsi réservée à la chance, si l’on parvenait toutefois à dénicher un trèfle à quatre feuilles. Sa rareté explique d’ailleurs sans doute la fascination éprouvée par les hommes à son égard : il y a environ un trèfle à quatre feuilles pour 10 000 à trois feuilles.

Le fer à cheval, un porte-bonheur qui a fait le fruit de nombreuses légendes

Néron empereur romain

Les premières traces d’une superstition autour du fer à cheval remontent à un mythe romain consacré à l’empereur Néron. Pour montrer à tous l’étendue de sa richesse, il aurait ordonné à ses forgerons de poser des fers en or à ses chevaux. Le matériau n’étant pas adapté et la pose des fers restant encore rudimentaire, il arrivait régulièrement qu’un des chevaux se déferre et qu’un passant récupère aussitôt un fer en or d’une valeur inestimable. Il s’agit sans doute d’une pure invention destinée à desservir l’un des empereurs les plus impopulaires de l’Histoire, mais qui garde tout de même un certain sens. En effet, pendant très longtemps, trouver un fer à cheval égaré permettait de le revendre au forgeron, et donc d’en récolter quelques bénéfices.

"La légende de Saint Dunstan, le forgeron devenu archevêque de Canterbury au Xème siècle, acheva d’inscrire le fer à cheval dans la culture populaire."

De par sa nature métallique, on considérait aussi le fer comme insensible aux mauvaises influences et au malheur. Certains voyaient même à travers sa forme l’initiale du Christ ou un croissant de lune, symbole de fertilité. La légende de Saint Dunstan, le forgeron devenu archevêque de Canterbury au Xème siècle, acheva d’inscrire le fer à cheval dans la culture populaire. Il est ainsi dit qu’au diable venu lui demander de ferrer son cheval, Dunstan lui répondit en clouant le fer sur son pied ! En échange de sa liberté, le démon dût promettre de ne jamais entrer dans une maison qui possédait un fer à cheval. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire si vous ne voulez pas être réveillé par le diable en personne...

Vous avez envie de tester votre chance ? Un conseil, privilégiez un casino en ligne qui favorise votre réussite, comme par exemple le très respecté Wild Sultan... Ce casino en ligne vous offre un incroyable bonus de bienvenue de 1000CHF !